P’tit pédé… On laisse dire ?

Dans le Ligueur du 22 juin, Pascal De Sutter, docteur en psychologie à l’UCL, s’exprime une nouvelle fois sur l’homosexualité et les commentaires que peuvent entendre certains enfants dans les cours d’école.

P'tit pédé

Et sa proposition, dans l’article (dont vous ne lirez que le titre puisque Le Ligueur a préféré laisser lire l’intégralité du texte aux seuls abonnés, après en avoir donné l’accès à tous) est de « viriliser » le petit garçon qui se fait traiter de « pédé » de manière à « ce qu’il vive avec les codes que la société attend de lui ».

https://www.laligue.be/leligueur/articles/il-se-fait-traiter-de-pede

Interdite, voire consternée par ce conseil, je m’enquiers auprès de mon petit garçon de presque 12 ans, sur la façon dont il riposte lorsqu’il se fait interpeller de la sorte par un enfant du même âge. J’en profite pour lui demander s’il souhaite être « virilisé pour qu’il puisse vivre avec les codes que la société attend de lui ».

Après tout, il est plutôt fluet, il met du rose quand ça lui chante et il suit des cours de danse classique. Je ne doute pas un instant qu’il doive parfois subir des quolibets désobligeants.

Mais surtout il n’a pas la langue dans son t-shirt et c’est un joueur de Takattak, alors, plutôt que de vouloir correspondre à quoique ce soit et surtout aux désirs de Mr De Sutter, à la pique « p’tit pédé », il a préféré répondre en utilisant les consignes du jeu :

Flèche jaune

 

Autodérision :

– Pas si petit que ça !

– Tu es vraiment le seul à ne pas le savoir.

– Tu m’en vois offensé.

– Et les soirs de pleine lune, je me transforme en hétéro.

Flèche mauve

 

Pirouette :

– Tu connais la date de la prochaine Gay Pride ?

– Oh ! Une mouche !

– Mince, j’ai perdu mon sac rose…

Flèche rouge

 

Insolence :

– Tu n’as aucune chance, je n’aime que les garçons intelligents.

– …me dit celui qui pleure quand il n’a pas son doudou…

– C’est sûr qu’avec tes baskets puantes, ça ne risque pas de t’arriver.

Flèche verte

 

Vérité :

– Je ne vois pas le problème. Toi, si ?

– Je m’étonne quand même que ça te contrarie.

– Oh ! Tu as lu mon journal intime ?

Flèche bleue

 

Question :

– Tu connais l’origine de cette expression ?

Flèche jaune

 

Compliment :

– Toi tu es vraiment doué pour séduire les filles : un vrai tombeur. Tu m’apprends ?

– Tu es un très bel hétéro.

Flèche mauve

 

Chanson :

La chanson ne doit pas correspondre tout-à fait, libre à vous de changer les paroles.

Ici, il a simplement remplacé « mal aimé » par « p’tit pédé ».

Vous allez voir, ça tombe pile poil !

Imaginez un peu ce monde dans lequel tous correspondraient à la norme, courraient dans le sens du vent, nageraient dans le courant, bêlant en cœur. Le code de la société n’est pas le code de la route. Dans la vie, on peut passer au bleu comme au rose, en remettant à leur place les langues de vipère et les diseurs de mauvaise aventure.

Et vous, avez-vous des suggestions, réparties ou ripostes ?

N’hésitez pas à nous en faire part. Ça nous aidera aussi à préparer notre prochain jeu pour s’entrainer à répondre du tac au tac aux homophobes, sexistes et racistes de toutes plumes.

 

Geneviève

 

 

 

 

 

 

 

Make it viral...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestShare on Tumblr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *